le BIM au service du BTP

Combien le BIM vous fait-il gagner ?

Le BIM se veut au service du développement durable : en limitant les erreurs de construction, en harmonisant

Le BIM se veut au service du développement durable : en limitant les erreurs de construction, en harmonisant les échanges entre acteurs publics et privés, et en permettant aux gestionnaires de patrimoine d’anticiper sur l’entretien de leurs biens, il permet de faire gagner un temps et un argent précieux à ses utilisateurs. Le problème bien sûr, c’est que changer sa façon de travailler, ça a un coût : il faut former les équipes, investir dans de nouveaux logiciels, et faire quelques erreurs au départ. Pour beaucoup d’entreprises, l’apport du BIM ne justifie pas un tel bouleversement de leurs pratiques : sceptiques sur son apport, elles estiment que le coût de sa mise en place est trop élevé par rapport à ce que la maquette numérique leur apporterait sur le long terme.

Pour répondre à cette question, le cabinet de conseil PwC a mené, pour le compte du gouvernement britannique, une étude sur les bénéfices du BIM dans le secteur public.Résultats : mener un projet en BIM, c’est économiser entre 1,5 et 3% par an sur toute la durée de vie du bâtiment. Pour l’Angleterre, cela correspond à une économie de 400 millions de livres par an !

 

Ce que le BIM apporte au BTP

Pour chaque corps de métier, le cabinet PwC a estimé précisément ce que le BIM leur faisait gagner. Les consultants du cabinet ont interrogé chaque partie prenante, comparé son activité sans, et avec l’usage du BIM, puis calculé le gain financier que le BIM représentait pour eux.

Voici quelques statistiques :

  • ⅗ des bénéfices totaux sont liés à la gestion de patrimoine. La maquette numérique aujourd’hui est un véritable plus pour l’entretien des équipements !
  • Pour les architectes, le BIM représente un gain financier de 5% sur l’ensemble des coûts de la conception
  • Le reste des gains (environ 20%) est réparti sur la phase de construction.

Si le coût de l’implémentation du BIM n’a pas été intégré au calcul, l’étude met en avant les bénéfices du BIM sur le long terme. Pour le marché des infrastructures anglaises, qui a représenté 31 milliards de livres en 2017, le gain de 400 millions de livres est significatif !

 

Mesurer exactement l’apport du BIM : les prochains enjeux.

Quoi que prometteur, le rapport PwC a manqué de données pour être vraiment complet. Dans les années qui viennent, le cabinet de conseil prévoit d’appliquer à nouveau sa méthodologie de calcul sur d’autres projets pour tenter de quantifier les zones d’ombres restantes. Parmi les éléments qui restent à analyser, on retrouve le gain de temps effectif, l’argent gagné sur les conflits détectés en amont de la construction ou encore une méthodologie plus fiable pour l’implication des parties prenantes dans le projet.

Malgré ses limites, cette étude a rencontré du succès, et le cabinet prévoit de réutiliser sa méthodologie de calcul des apports du BIM (Benefits Measurements Methodology – BMM) pour construire de futurs projets. Pour les entreprises du bâtiment, anticiper sur les coûts et comprendre ce qu’elles pourraient gagner à gérer un projet précis en BIM, c’est aussi un excellent moyen de passer le pas !

Pour aller plus loin, l’ensemble du rapport de PwC est disponible ici.